Ce qui la rend unique

Du temps de la république de Carthage et de l’empire romain, Djerba, de par sa position géographique exceptionnelle, constituait la porte d’entrée principale de l’Afrique du Nord.

Des siècles durant, ses chefs-lieux étaient structurés, comme partout ailleurs dans le monde, sous la forme de villes côtières à la population dense. Les invasions successives des empires souhaitant dominer la Méditerranée ont poussé les insulaires djerbiens à s’éloigner du littoral pour se réfugier à l’intérieur de l’île.

En faisant ainsi, les habitants de Djerba ont créé un mode d’occupation du sol éclaté, à mi-chemin entre le rural et l’urbain, façonnant le territoire selon un découpage atypique et ingénieux de l’espace.

En délaissant les côtes pour s’installer au cœur de l’île, les insulaires djerbiens se sont partagé équitablement les terres, permettant à chaque famille d’avoir une ferme qui lui soit propre, capable d’assurer sa subsistance et lui conférer une certaine autosuffisance.

Ces fermes étaient indépendantes, cachées des regards, productrices de richesses agricoles et artisanales, interconnectées par des passages sablonneux étroits à la fois défensifs et routiers. Toutes ont été équipées de puits et de dispositifs de stockage massif des eaux de pluie afin de garantir des récoltes abondantes dans cette île aux ressources aquifères rares.

Étant donné le mode d’occupation du sol très éclaté, les points de rencontre des Djerbiens étaient les Houem, ensembles de Houma proches, qui comprenaient les lieux de culte et de rendez-vous sociaux, culturels et économiques de la communauté djerbienne.

Ce système a fait de Djerba une île jardin au paysage urbain éclaté, où les richesses étaient équitablement réparties entre les familles qui s’y étaient installées et où les incursions ennemies étaient vouées à l’échec de par la nature labyrinthique des routes reliant les Menzels. Cette sûreté relative en a fait un refuge idéal pour toutes les minorités persécutées, qu’elles viennent d’Europe ou du Levant.

Je soutiens l’initiative de classement de l’île de Djerba au patrimoine mondial de l’humanité